La migration des oiseaux

14.06.2021
01/2021
  • Focus

De nombreux oiseaux se déplacent régulièrement, mais pour des raisons différentes de celles des humains. Pourquoi, et comment le font-ils?

Les migrations d’oiseaux, telles que nous les connaissons aujourd’hui, sont probablement essentiellement le résultat de la dernière période glaciaire ou de son retrait. En raison du réchauffement climatique de l’époque, de nombreuses espèces d’oiseaux ont pu s’installer dans de nouvelles régions d’Europe riches en nourriture, dans lesquelles elles n’ont trouvé que peu d’ennemis naturels. Cependant, elles ont été contraintes de se déplacer à nouveau vers le sud pendant la saison froide, car les réserves de nourriture en hiver étaient trop faibles pour qu’elles puissent manger suffisamment pendant les courtes journées.

De nombreux oiseaux s’envolent donc vers le sud chaque automne pour revenir se reproduire au printemps. Dans ce cas, il suffit à certaines espèces de trouver des jours plus longs dans le sud de l’Europe ou dans la région méditerranéenne et d’avoir donc assez de temps pour rechercher de la nourriture, tandis que d’autres espèces ne s’arrêtent pas avant d’arriver dans le sud du Sahara ou volent plus loin encore. Par exemple, le pigeon ramier, un migrateur typique de courte distance, reste dans le sud de l’Europe, tandis que l’hirondelle noire migre plus loin et vole parfois même jusqu’en Afrique du Sud.

De nombreuses espèces d’oiseaux hibernent même sous nos latitudes car il fait trop froid pour elles en Europe du Nord et de l’Est.

Migrations

Les itinéraires de vol varient en fonction du point de départ, des espèces d’oiseaux et de la destination. Certes, les oiseaux évitent généralement les grands trajets au-dessus de la mer, de sorte que les «itinéraires terrestres» privilégiés sont l’Espagne-Gibraltar-Maroc, l’Italie-Sardaigne-Tunisie ou les Balkans-Turquie. En cours de vol, les oiseaux s’orientent aux étoiles et au soleil pour déterminer la direction. Sur place, ils utilisent ensuite des caractéristiques topographiques qu’ils ont mémorisées en tant que jeunes oiseaux.

Parmi les oiseaux migrateurs, il y a les migrateurs diurnes typiques. Ce sont surtout des oiseaux de proie et les cigognes, qui ont besoin de masses d’air chaudes pour planer. Cependant, les espèces qui volent principalement ou exclusivement la nuit sont plus courantes. Elles sont ainsi mieux protégées de la chaleur, de la chasse et des prédateurs. Toutefois, les flux lumineux de notre civilisation deviennent de plus en plus un risque pour elles.

Départ

Lorsque les jours raccourcissent à la fin de l’été, l’équilibre hormonal des oiseaux change, ils s’agitent et commencent à constituer des réserves. Chez les oiseaux migrateurs de courte distance, cela représente entre 13 et 25 % du poids corporel habituel, chez les espèces de longue distance, même 50 à 100 %. Ces réserves sont essentielles à la survie pendant le long vol. Il en va de même au printemps, bien sûr, pour le retour, auquel succède immédiatement, dans chaque cas, l’épuisante incubation.

Retour

Les oiseaux qui hivernent en Méditerranée reviennent généralement plus tôt que les migrants de longue distance. Ils sont également plus flexibles quant au moment où ils reviennent. En raison du réchauffement climatique, les oiseaux ont tendance à revenir plus tôt aujourd’hui qu’il y a 30 ans. Les conditions météorologiques peuvent également modifier quelque peu le calendrier, mais généralement de quelques jours seulement.

Les oiseaux migrateurs de longue distance n’étant pas aussi mobiles à cet égard, ils risquent de manquer progressivement certains insectes importants pour eux, qui s’adaptent au changement climatique et connaissent un pic plus tôt dans l’année. À moyen terme, il y aura probablement un ajustement là aussi, mais cela prendra du temps.

Il arrive aussi que, suite au réchauffement, des espèces d’oiseaux finissent par s’abstenir de migrer en hiver. Ainsi, par exemple, le merle qui, il y a 100 ans, était encore considéré comme un oiseau migrateur, est présent sous nos latitudes en hiver également.

Les oiseaux migrateurs effectuent généralement le voyage de retour beaucoup plus rapidement que le voyage d’aller, car celui qui arrive le premier dans la zone de reproduction peut occuper les meilleurs sites de reproduction. En outre, toutes les espèces ne reviennent pas de la même manière qu’elles sont parties.

Étourneaux

Les étourneaux se rassemblent en grandes nuées fin septembre, début octobre et quittent généralement la Suisse au début du mois d’octobre. Ils volent vers l’Europe occidentale et méridionale pendant la journée et la nuit et reviennent à la mi-février.

Hirondelles rustiques

Dès le mois d’août, les premières hirondelles rustiques se rassemblent en nuées. En septembre, elles quittent la Suisse pour s’envoler jusqu’au Sahara, en Afrique occidentale ou orientale. Dès le mois de mars, on peut voir les premières hirondelles revenir, mais une hirondelle ne fait pas un été. Il faudra attendre au moins la mi-avril pour qu’elles soient toutes de retour et retrouvent leurs lieux de reproduction ancestraux.

Invités d’hiver

De nombreux oiseaux aquatiques, tels que les canards et les oies, arrivent en septembre et octobre, puis migrent à nouveau vers le nord en février et mars pour se reproduire.