<em>La célèbre «Tin Can Radio» de Victor Papanek, qu’il a conçue pour l’UNESCO. Une boîte en fer blanc contenant un transistor alimenté par de la paraffine et une mèche.</em>

Quand le design est-il bon?

22.12.2021
02/2021

Depuis longtemps, le design n’est plus seulement un moyen d’embellir les choses. Il donne du sens et crée de la valeur ajoutée – écologiquement, économiquement et socialement. Qu’il s’agisse de médecine, d’industrie, de science ou de vie privée, le design a sa place dans tous les domaines. Mais qu’est-ce qui fait que le design est bon?

«A l’ère de la production de masse, où tout nécessite planification et conception, le design est devenu le principal instrument de l’homme pour concevoir ses outils et son environnement (par extension, la société et lui-même). Cela exige du designer un haut degré de responsabilité sociale et morale, mais également une meilleure compréhension de l’être humain de la part des designers et une plus grande visibilité du processus de conception pour le public.»

Victor Papanek, 1923-1998, dans «Design for the Real World»

Le design peut faire bouger beaucoup de choses. Victor Papanek en était également convaincu. Né à Vienne en 1923, ce designer et philosophe du design s’est engagé en faveur d’un design socialement et écologiquement durable des produits, des outils et des installations d’infrastructure. Son livre paru en 1971

«Design for the Real World» est l’une des œuvres les plus importantes dans le domaine du design.

Même si son style provocateur ne lui a pas valu que des amis, ses déclarations critiques à l’égard de la culture et de la consommation ont touché le nerf de l’époque. Ses thèses sur la durabilité du design sont toujours d’une actualité brûlante et prennent de plus en plus d’importance à l’aune du débat actuel sur le climat et l’environnement. C’est dans ce contexte qu’il faut lire sa déclaration sur le métier de designer, même si elle vise en premier lieu les designers de produits et industriels ainsi que le secteur de l’architecture. Pour le secteur de la communication aussi, la question se pose de savoir comment il est possible d’utiliser le design pour donner du sens.

Un bon design est centré sur l’humain

La communication est l’échange d’informations. Sa conception vise en premier lieu à comprendre les destinataires auxquels le design s’adresse. Car c’est cette compréhension qui crée la base pour qu’elle soit non seulement attrayante, mais aussi créatrice de valeur ajoutée. Pour les entreprises comme pour nous en tant qu’agence, il est donc indispensable de s’orienter stratégiquement vers les personnes. Chaque tâche à laquelle les designers se consacrent devrait donc suivre cette stratégie. Mais de nombreuses entreprises continuent de concevoir leur communication à partir de la solution.

«Il y a des professions qui font plus de dégâts que celle de designer industriel, mais elles ne sont pas nombreuses. Il n’y a probablement qu’un seul autre métier plus hypocrite: faire de la publicité, convaincre les gens qu’ils doivent acheter des choses dont ils n’ont pas besoin, avec de l’argent qu’ils n’ont pas, pour impressionner d’autres personnes qui s’en fichent – c’est probablement le pire métier qui existe aujourd’hui.»

Victor Papanek, 1923-1998, dans «Design for the Real World»

Au lieu de se poser la question importante de savoir ce qui motive vraiment leurs groupes cibles et ce dont ils ont besoin, ils souhaitent une nouvelle présentation pour leur marque, un nouveau site web, une campagne qui attire l’attention ou une nouvelle application. Ce faisant, ils suivent certes les tendances à court terme, mais le potentiel réel, qui rend la différence tangible entre leur entreprise et les autres, reste inexploité.

 

Un bon design est empathique

 L’empathie, un facteur de réussite important dans la communication. Chez nous, le processus de conception commence dès le conseil. Pour développer pleinement l’impact de l’entreprise ou de la marque, notre mission en tant que designers est d’analyser les causes de la tâche. Cela signifie s’intéresser de près aux groupes cibles, en apprendre davantage sur leurs conditions de vie, leurs souhaits et leurs besoins et développer de l’empathie pour eux.

Non pas selon un processus linéaire qui se termine par un résultat, mais selon un cycle qui se réoriente sans cesse pour ne pas perdre de vue leurs besoins.

Un bon design est intégratif

Le design intégratif regarde au-delà de l’esthétique en associant différentes disciplines scientifiques, techniques et artistiques. Il évalue les données, les faits et les tendances et les replace dans le contexte de l’entreprise. Pour cette tâche, nous travaillons dès le début en équipes interdisciplinaires. Nous impliquons également les consommateurs finaux et les producteurs dans ce processus. Un bon design a besoin d’interfaces et d’échanges avec différentes disciplines. Entretiens, discussions sur le produit ou les différentes approches, transfert de connaissances – développer, tester, faire évoluer. Tout cela favorise de nouvelles compréhensions et permet de créer des solutions nouvelles et différenciées. Des solutions qui remplissent leur objectif et permettent une identification avec l’entreprise ou la marque.

Un bon design est durable

Victor Papanek s’est engagé à ce que le design facilite le quotidien de tous sans nuire à l’environnement, quel que soit le niveau social.

Mais le design ne peut être respectueux de l’environnement que dans la mesure où l’attitude de l’entreprise qui le commande l’est aussi. La condition préalable à un bon design est donc que les donneurs d’ordre et les preneurs d’ordre partagent une même attitude en matière de responsabilité écologique, sociale et économique. Notre mission et notre coresponsabilité en tant que designers consistent donc à rechercher des solutions innovantes qui préservent les ressources, qui peuvent être produites en économisant l’énergie et qui peuvent être utilisées plusieurs fois et longtemps. En particulier dans le contexte où la pensée et l’action respectueuses et durables sont des fondements importants de Stämpfli Communication.

Système de guidage pour le Landratsamt Ostallgäu, Marktoberdorf, Allemagne; Le système comprend des indicateurs tactiles au sol ainsi qu’une maquette tactile du bâtiment devant l’entrée. Selon le principe des deux sens (la vue et le toucher), toutes les informations sont fournies en braille et en écriture pyramidale afin de garantir l’accessibilité. En outre, des plans tactiles sont placés dans le sens de la vue. Un bouton permet de lire tous les contenus aux visiteurs. Source: designgruppekoop, Rückholz, Allemagne/Red Dot Design Award

Système de guidage pour le Landratsamt Ostallgäu, Marktoberdorf, Allemagne; Le système comprend des indicateurs tactiles au sol ainsi qu’une maquette tactile du bâtiment devant l’entrée. Selon le principe des deux sens (la vue et le toucher), toutes les informations sont fournies en braille et en écriture pyramidale afin de garantir l’accessibilité. En outre, des plans tactiles sont placés dans le sens de la vue. Un bouton permet de lire tous les contenus aux visiteurs. Source: designgruppekoop, Rückholz, Allemagne/Red Dot Design Award

«Les designers participent au pouvoir de changement,

pour éliminer les anciens schémas et en créer de tout nouveaux.»

Victor Papanek, 1923-1998, dans «Design for the Real World»

Un bon design donne du sens

Le design donne des compétences, procure du plaisir et fait progresser: le designer,

  

l’entreprise et le consommateur final. Pour ce faire, il doit se pencher sur les évolutions de la société et les questions d’avenir. Il doit créer des liens et relier les structures. Cela exige des structures de pensée agiles et la possibilité de développer sa propre créativité. La liberté de pensée, l’ouverture d’esprit, la disposition à gérer les conflits et une culture de l’erreur orientée vers les processus ouvrent la voie. Le design est toujours une solution momentanée. Un bon design repose sur la volonté de reconnaître que de nouvelles expériences peuvent aussi apporter de nouvelles solutions. C’est pourquoi il faut des processus pour s’ouvrir à la nouveauté et ne rien accepter d’emblée comme acquis. Des conditions que Stämpfli Communication remplit largement. Car nous ne sommes pas seulement une maison de 310 spécialistes. Nous sommes aussi une communauté qui se perfectionne, se remet en question et évolue. Et ce depuis 222 ans. Notre nouvelle présentation le prouve clairement: nous concevons une communication d’égal à égal – à l’échelle humaine.

Lettres à planter

www.papelconsemillas.com, qui fait partie de Natural Branding S.L., a été créée il y a dix ans. Le papier à graines à planter contient des graines de six espèces de plantes qui attirent les abeilles, les papillons et autres insectes: coquelicot, marguerite, rudbeckia, lavande, camomille et menthe.

Source: samenpapiers.de 

Natural Branding S.L.

Victor Papanek:

Design for the Real World:

Human Ecology and Social Change.

Pantheon Books, New York 1971, ISBN 0-394-47036-2.