Unbekannt. Porträt von Annemarie Schwarzenbach mit Kamera, 1939. © Esther Gambaro, Nachlass Marie-Luise Bodmer-Preiswerk

L’histoire du voyage – les femmes qui voyagent

14.06.2021
01/2021
  • Focus

Au Moyen Âge, ce sont surtout les soldats, les pèlerins et les marchands qui voyageaient. Au XVIIIe siècle, les voyages d’études sont à la mode et font partie des bonnes manières des aristocrates et des riches bourgeois. Ce sont principalement les Anglais qui voyagaient à travers l’Europe à la recherche d’art et de culture.

Quelle Anglaise a passé l’été en Suisse et y a écrit l’un des romans les plus célèbres de l’histoire mondiale? C’était Mary Shelley. Elle séjournait chez des amis au bord du lac Léman pendant l’été pluvieux et humide de 1816. Pour passer le temps, chacun écrivait une histoire d’horreur, et Mary Shelley y a créé son «Frankenstein».

Mary Shelley

Frankenstein ou le Prométhée moderne

Reclam

ISBN 978-3-15-020516-7, environ CHF 14.50

Avec Frankenstein, Mary Shelley avait créé un personnage mythique qui a gagné une immense popularité au cours du XXe siècle grâce à des adaptations cinématographiques, dont certaines étaient très libres.

Les voyages d’agrément ou de loisirs ne se sont imposés qu’au XIXe siècle et étaient réservés aux classes supérieures. Les valises à roulettes et les sacs à dos n’existent pas encore. Les immenses malles de garde-robe et les non moins imposantes boîtes à chapeau étaient à l’ordre du jour.

On appelait «Fraîcheur d’été» le séjour des citadins à la campagne ou dans les stations balnéaires à la mode. Mais les destinations sont vite devenues plus exotiques. L’Orient Express emmenait les voyageurs à travers l’Europe jusqu’à Istanbul. Sur le bateau à vapeur du Nil, confortablement installé dans un fauteuil en osier en sirotant du thé et en mangeant des gâteaux, on regardait défiler les sites égyptiens.

Bien sûr, on pense immédiatement à Agatha Christie et à ses livres «Mort sur le Nil» et «Le Crime de l’Orient-Express», ainsi qu’aux films légendaires qui idéalisent une époque révolue où les voyages étaient encore un pur luxe.

Da denken wir natürlich sofort an Agatha Christie und ihre Bücher «Tod auf dem Nil» und «Mord im Orient-Express» sowie an die legendären Filme, die eine untergegangene Zeit verklären, als Reisen noch purer Luxus war.

Agatha Christie connaissait l’Orient Express et l’Orient de par sa propre expérience de voyage. Elle a écrit un grand nombre de ses romans lors d’expéditions archéologiques avec son mari dans le nord de l’Irak et de la Syrie.

Agatha Christie

Mort sur le Nil

Hoffmann & Campe

ISBN 978-3-727265002-0, env. CHF 17.90

Hercule Poirot se réjouit d’une croisière relaxante sur le Nil. Mais on n’en arrive pas là. Linnet Ridgeway a dû imaginer le déroulement de sa lune de miel différemment, elle aussi. La jeune et belle héritière millionnaire est retrouvée morte, et les talents d’enquêteur de Poirot sont mis à contribution. Presque tous les compagnons de voyage ont un motif.

   

Julia Keay

Mehr Mut als Kleider im Gepäck (Plus de courage que de vêtements dans les bagages)

Les femmes parcourent le monde au XIXe siècle

Piper

978-3-492-40633-8, env. CHF 20.50

Elles ont franchi les frontières nationales et brisé les conventions sociales. Au XIXe siècle, sept femmes d’origines et de visions du monde diverses – parmi lesquelles Anna Leonowens, Gertrude Bell et Alexandra David-Néel – ont conquis leur place dans les régions les plus exotiques du monde avec un courage admirable.

Après la Seconde Guerre mondiale, de plus en plus de personnes ont pu se permettre de voyager, en prenant des vacances au bord de la mer en Méditerranée et en parcourant l’Europe avec Interrail, puis en prenant des vols abordables pour parcourir le monde. Ce n’est qu’avec la pandémie de coronavirus que nous avons pris conscience du caractère naturel de nos déplacements autour du globe au cours des dernières décennies.

Annemarie Schwarzenbach

La célèbre écrivaine Annemarie Schwarzenbach est partie de Suisse pour voyager à travers le vaste monde. Son origine bourgeoise – elle est née dans une famille d’industriels à Zurich en 1908 – lui permet de voyager librement, ce qui est inhabituel pour l’époque.

Elle a écrit des reportages pour des magazines et des journaux suisses, en utilisant souvent ses propres photographies.

Nombre d’entre elles ont été prises lors de voyages au Proche-Orient et en Asie centrale, aux Etats-Unis, en Europe et en Afrique centrale et du Nord.

Jusqu’au 9 mai 2021, le Zentrum Paul Klee de Berne accueille une exposition consacrée à la grande œuvre photographique d’Annemarie Schwarzenbach: «Départ sans destination. Annemarie Schwarzenbach en tant que photographe». Les photographies documentent la période troublée qui précède la Seconde Guerre mondiale, mais reflètent également des thèmes et des conflits personnels tels que le sans-abrisme, la vie en exil, l’homosexualité – mais toujours aussi sa passion pour les voyages.

    

Annemarie Schwarzenbach

La vallée heureuse

Lenos

ISBN 978-3-85787-816-9, env. CHF 20.90

Dans ce classique, l’auteure culte traite des événements de l’été 1935, qu’elle a passé dans une haute vallée des montagnes de l’Elbourz en Iran. C’est une histoire d’amour avec une jeune femme turque, l’histoire de sa toxicomanie et l’histoire de sa lutte pour écrire la sienne. Un livre plein d’un désir insatiable à la recherche de son identité propre.

Aujourd’hui, il va de soi que des correspondantes parcourent le monde et nous informent, par le biais des médias, de la situation politique actuelle dans des pays lointains.

Natalie Amiri

Zwischen den Welten (Entre les mondes)

Ma vie de correspondante en Iran

Structure

978-3-351-03880-9, env. CHF 34.00

Natalie Amiri a grandi dans une famille germano-iranienne et vit aujourd’hui entre Téhéran, Munich et Cologne. Elle est l’une des commentatrices des «Tagesthemen» de l’ARD et l’une des rares expertes intimes de l’Iran.

    

Åsne Seierstad

Le libraire de Kaboul

Une histoire de famille

Kein & Aber

978-3-0369-6111-8, env. CHF 13.–

La journaliste Åsne Seierstad est invitée par Sultan Khan, un libraire de Kaboul, à vivre avec lui et sa famille pendant cinq mois. Le résultat est un portrait intime d’un homme et de sa famille – deux épouses, cinq enfants et de nombreux parents – ainsi qu’un aperçu unique d’un pays aux contradictions extrêmes.