• Faits & chiffres

Publier avec une valeur ajoutée

La publication numérique permet également de mettre en réseau les informations juridiques en ligne. Le lectorat peut ainsi effectuer des recherches sur des questions spécifiques en fonction de l’état actuel de la jurisprudence, et les auteurs bénéficient d’une plus grande visibilité. Coup d’œil sur quelques chiffres et le chemin complexe qui mène du manuscrit à l’ouvrage.

Les départements Lectorat, Production et Médias électroniques créent, à partir d’un manuscrit et au cours d’étapes de processus successives, la base de données pour la publication numérique et le livre imprimé: c’est ainsi que naît une offre complète pour les habitudes de lecture individuelles.

La publication de contenus de livres sur différents canaux, le cross media publishing, suppose que les textes soient disponibles sous une forme pouvant être traitée avec la même efficacité par les logiciels les plus divers. A cela s’ajoute le fait que les médias électroniques ont fortement modifié la lecture et le travail avec les textes: il est possible de rechercher un texte en ligne, les renvois aux lois fonctionnent tout naturellement comme des hyperliens, les graphiques peuvent être agrandis à l’écran et les sources citées ne sont qu’à un clic de souris. Le processus de production d’un livre s’est donc considérablement complexifié au cours des dernières années.

Avec la mise en réseau numérique d’un texte juridique, par exemple avec des articles spécialisés, des décisions de justice ou des commentaires de loi, les lecteurs bénéficient d’une nette valeur ajoutée. Ils peuvent approfondir leurs recherches dans les publications en ligne, il est possible de réunir différentes sources, d’accéder à des contenus actuels et même de les partager avec d’autres. Pour les auteurs, l’avantage d’un traitement de texte indépendant des médias réside dans sa portée: leur expertise n’est pas seulement disponible sous forme de livre imprimé, mais peut également être trouvée dans des bases de données et des portails spécialisés, et peut ainsi être transposée et citée à peu de frais dans un cas concret. Le fait que les œuvres de nos auteurs soient disponibles indépendamment du lieu et de l’appareil de lecture a été un avantage pour les utilisateurs et utilisatrices du droit, en particulier pendant le lockdown.

L’interaction des départements de l’édition dans le processus de production

  1. Le lectorat planifie le programme d’édition, contrôle les manuscrits, coordonne les délais et les recommandations du département production avec les auteurs. Une analyse de l’œuvre fournit ainsi la base pour la préparation d’une publication neutre en termes de médias. En 2021, 94 livres juridiques ont été publiés et de nombreux dossiers de futures publications ont vu le jour.
  2. Lorsque le manuscrit est complet, un ordre de composition est donné au prépresse média et le titre est annoncé à l’imprimerie. Pour préparer la publication numérique, le prépresse attribue à tous les éléments de texte leur signification (méta-information). Il peut s’agir de 25 éléments de texte différents, par exemple: titre, en-tête, paragraphe, note de bas de page, jugement, chiffre marginal, énumération, référence croisée, citation, tableau, lien Internet, légende d’illustration, littérature, index, entrée principale. Beaucoup de nos auteurs travaillent avec un modèle de mot Stämpfli lors de la rédaction de leur manuscrit. C’est une base importante pour l’enrichissement du texte avec des méta-informations.
  3. La production du livre est maintenant planifiée, coordonnée et contrôlée. Cela comprend la création, la sélection et l’assemblage de tous les éléments du livre, de la couverture au signet. Le manuscrit est ensuite mis en page. L’année dernière, environ 53 300 pages de livre ont été créées avec une mise en page typographique fine.
  4. Lorsque la première mise en page est disponible, toutes les personnes concernées – le service de production, le lectorat, les auteurs – reçoivent une épreuve pour contrôler la mise en page. Ces corrections de composition, d’auteur et de relecture sont regroupées et exécutées dans le prépresse.
  5. Lorsque le fichier d’impression final – le bon à tirer – et la couverture du livre sont disponibles, la commande est transmise à l’imprimerie. En 2021, cela représentait: – 68 livres de poche – 26 livres reliés – environ 26 jours de production pour l’impression et la reliure
  6. La production e-médias: les textes corrigés finaux sont structurés dans le langage de balisage XML et donc détachés de la conception de la mise en page d’impression. Il en résulte un document neutre par rapport au média, la base des fonctions de la publication électronique. Les lecteurs accèdent à ces ouvrages par exemple via les portails spécialisés de Stämpfli arbeitsrecht.recht.ch et familienrecht.recht.ch ou encore sur la base de données juridique suisse Swisslex.
  7. L’ouvrage est maintenant prêt à être publié. Pour que nos lecteurs en soient informés, le marketing s’occupe par exemple des manifestations, des contributions dans les médias sociaux et de la newsletter par e-mail. Le service commercial s’occupe en outre de la communication actualisée sur les nouvelles parutions et s’assure que toutes les informations sur le produit sont disponibles pour les libraires.

Fig. 1 et fig. 2: Reconnaissabilité : les couvertures des manuels de droit sont imprimées dans une teinte verte brevetée – les manuels de droit français apparaissent dans une teinte bleue brevetée.

Fig. 3 : Une recherche sur «Schuldübernahme» dans le droit des sociétés anonymes montre par exemple que lors de recherches, des bases de données numériques comme Swisslex permettent de trouver aussi bien l’article de loi que d’autres commentaires dans d’autres publications. La recherche dépasse largement les limites de deux couvertures de livre.

Fig. 4 : Sur la base d’une analyse de la liste de résultats actuelle, des mots-clés et des articles de loi pertinents sont présentés sous forme de nuage de mots.

Fig. 5 et Fig. 6 : Produits partiels dans la publication imprimée : le corps du livre (1), les cartons de couverture avec le matériel de reliure imprimé (2), l'étui du livre (3), les signets (4)

Fig. 7 : Le texte est structuré dans le langage de balisage XML. Il en résulte un document neutre du point de vue des médias – la base des fonctions de la publication électronique.

Éditions Stämpfli

94 ouvrages juridiques

L’année dernière, 94 ouvrages ont été publiés par les Éditions Stämpfli. Sur la plateforme, 43 ouvrages ont été publiés et quatre revues spécialisées sont parues sous forme d’éditions en ligne.

53 300 pages de livre

ont été écrites et produites. Le délai moyen de production pour l’impression et la reliure était de 26 jours. Pour les ouvrages volumineux, les auteurs élaborent et actualisent souvent les contenus pendant des années.

L’ouvrage «Schweizerisches Aktienrecht 2020»

1209 pages

Le manuscrit comportait 1209 pages, 312 278 mots, 240 articles commentés dans trois langues officielles et a donné lieu à 996 pages de livre.

25 éléments de contenu

Au cours de la phase de préparation des médias, jusqu’à 25 éléments de contenu différents, tels que des titres, des jugements, des notes de bas de page et des énumérations, ont été préparés pour les canaux de sortie numériques et imprimés.

30 heures

La mise en œuvre des corrections provenant de la relecture, de la fabrication et des auteurs a pris près de 30 heures.

Sandra Bendlin
Responsable de projet Publication cross-média
Éditions Stämpfli
+41 31 300 63 02